Sainte-Mère-Église / Jour J Revisité

Cependant, malgré tous les revers, à 04h30 du matin du 6 juin, le drapeau des Étoiles &Stripes flottait fièrement au-dessus de Sainte-Mère Église qui devint la première ville de France à être libérée.

Pendant les premiers mois de 1944, il y eut un certain nombre de raids aériens alliés sur et autour de cette petite ville ; la nuit du 5 juin fut d’abord considérée par la garnison ennemie comme n’étant pas différente. Il se trouve qu’une maison bien en vue sur la place de la ville a pris feu, probablement à la suite d’une ou de plusieurs fusées éclairantes larguées par l’escadron Pathfinder.

Comme le montre le film « Le jour le plus long » de 1962, les habitants de la ville ont formé une chaîne humaine passant des seaux d’eau remplis de la pompe sur la place. À ce stade, avec tout le monde occupé, les parachutistes de la 82e Division aéroportée ainsi que quelques unités dispersées de la 101e ont commencé à atterrir dans et autour de la ville. Les soldats de la garnison allemande ont ouvert le feu et ordonné aux habitants de rentrer dans leurs maisons. Malgré des pertes importantes, la ville est prise par des membres du 505th dirigés par le lieutenant-colonel Edward Krause.

Dans cette étrange bizarrerie du destin, la ville a été rendue plus célèbre par John Steele. Cette histoire a attiré l’imagination, sachant que l’un de ces hommes était resté impuissant sur le côté de la tour de l’église tout au long de l’intense bataille terrestre, témoin des combats en contrebas pendant deux heures. Après avoir repoussé cette première étape de l’attaque, des membres de la garnison allemande font prisonnier Steele mais sont plus tard contraints de le libérer aux Américains.Une effigie de John Steele est conservée à ce jour, accrochée au clocher de l’église. À l’intérieur de l’église, il y a deux vitraux, l’un montre la Vierge Marie entourée de parachutistes; l’autre montre Saint Michel (saint patron des parachutistes) et a été dédié en 1972.

Les combats se sont poursuivis autour de la ville jusqu’au 7 juin, date à laquelle les chars et les troupes de soutien d’UTAH Beach étaient arrivés en force suffisante pour sécuriser correctement la zone.

Aujourd’hui, devant la Mairie de Sainte Mère Église se trouve une pierre rose représentant le  » Kilomètre Zéro « . Ces bornes ont été mises en place par le Gouvernement français en 1946 ; chaque Kilomètre le long de la route empruntée par la 2e Division Française libre dirigée par le Général LeClerc.

Dans l’hôtel de ville se trouvent les Étoiles et les rayures, survol de la ville chaque année pour commémorer respectueusement le jour de la libération. Sur UTAH beach, il y a un autre marqueur kilométrique indiquant KM00. Cela marque la voie de libération empruntée par ceux qui ont débarqué par mer, plutôt que par parachute. Consciente de cette différence, la petite ville voisine de St Marie du Mont peut à juste titre prétendre être le premier village ou la première ville à être libérée but mais par des troupes débarquant par la mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.