Des progrès récents sur l’utilisation du 2-méthyltétrahydrofuranne en chimie organométallique

Azzena ont rapporté que la génération et la réactivité de réactifs de transfert d’électrons simples tels que les 1,2-diaryl-1,2-disodioéthanes sont mieux accomplies dans le 2-MéTHF en alternative au THF. La solution de ce dianion dans le 2-MéTHF s’est avérée stable sous Ar sec au réfrigérateur pendant au moins 24 h. Leurs résultats suggèrent que l’emploi du 2-MéTHF comme solvant favorise la voie de substitution nucléophile des 1,2-diaryl-1,2-disodioéthanes avec le 1,3-dichloropropane dans une plus grande mesure. Fait intéressant, des différences significatives ont été observées dans le comportement de ces organométaux dans le 2-MéTHF et dans le cyclopentylméthyléther (CPME). Bien que des résultats comparables aient été observés dans une série de réactions redox (par exemple, déprotection réductrice de l’ester de 2-bromoéthyle de l’acide benzoïque et déchloration réductrice des acides), le 2-MéTHF s’est avéré être le solvant de choix dans les réactions impliquant ces espèces dianioniques en tant que nucléophiles ou, plus spectaculaire encore, en tant que bases. Dans le cas des acides arylacétiques, les vic-dianones effectuent une déprotonation sélective en 2-MéTHF en position benzylique, permettant la fonctionnalisation par traitement ultérieur avec des électrophiles (E). De manière significative, dans des conditions analogues, les dérivés halogénés de l’acide aryloxy acétique subissent une déchloration réductrice. Un tel effet du milieu réactionnel peut être rationalisé en supposant que l’interaction entre le solvant et les diorganométals influence fortement la réactivité de ces intermédiaires, soit en affectant leurs états d’agrégation et/ou leurs produits de réaction (Schéma 2).

 schéma 2

Breit et ses collègues ont mis au point une méthode générale pour la préparation de réactifs alkylmagnésiens primaires et secondaires à partir d’alcènes (via l’hydroboration) par échange bore-magnésium sur des bores alkyliques dans du 2-MéTHF. Les auteurs ont démontré l’utilité de la synthèse dans un large éventail de réactions de formation de liaisons carbone–carbone, y compris les couplages croisés catalysés par le fer, le palladium et le cuivre. Les borolanes dérivés d’alcool méthallylique et d’alcool homométhallylique synthétiquement utiles, équipés de groupes protecteurs typiques à base de silicium, sont des substrats très sensibles et nécessitent l’ajout lent du réactif au dimagnésium à 0 ° C suivi d’un réchauffement lent à la température ambiante pour éviter les réactions secondaires, étant le 2-MéTHF le meilleur solvant (Schéma 3).

 schéma 3

Luisi et coll. réalisation d’une synthèse directe et durable d’esters butyliques tertiaires par addition d’organolithiums au (Boc) 2O dans des conditions microfluidiques en utilisant le 2-MéTHF comme solvant. Les réactions conduites en conditions de lots nécessitaient des températures cryogéniques, et des quantités considérables d’alcools tertiaires correspondants se sont formées à la suite des multiples addictions prévisibles. En passant à la technique d’écoulement correspondante, une transformation plus efficace, polyvalente et sélective a été obtenue. Ce protocole a bien fonctionné dans le cas de plusieurs bromures d’aryle et d’hétéroaryle, d’acétylène différent et a également été étendu au β-bromostyrène (en utilisant le s-BuLi comme agent lithiant) (Schéma 4).

 schéma 4

Le même groupe de Luisi a exploité la combinaison de l’utilisation, en technologie d’écoulement, du 2–MéTHF pour la synthèse d’alcools énantio–enrichis via la réduction médiée par l’oxazaborolidine de Corey-Bakshi-Shibata (CBS) des cétones prochirales. Dans les conditions réactionnelles optimisées, le processus a atteint son achèvement en quelques minutes, fournissant ainsi les cibles asymétriques souhaitées avec un rendement allant jusqu’à 99% et un rapport énantiomère (er) 91: 9 (Schéma 5).

 schéma 5

Fjelbye et coll. préparer un alcool aminé-1,3 chiral (sous forme de sel de chlorhydrate) en utilisant une approche en deux étapes impliquant l’aimantation de la 2-iodopyridine dans le 2-MéTHF suivie de la réaction avec le précurseur direct du sulfinamide chiral du composé énantiopure souhaité. Les points suivants méritent d’être mentionnés: (a) l’utilisation du réactif Turbo Grignard (i-PrMgCl LiCl) garantit l’évitement des produits homocouplés ; (b) le 2-MéTHF est le solvant optimal en termes de rendement réactionnel et, plus important encore, de diastéréosélectivité (Schéma 6).

 schéma 6

Le groupe de Ronn décrit la déprotonation régiosélective en C-2 du 3-bromofurane avec le LDA suivie de la formylation médiée par le DMF. Le 2-MéTHF a donné les meilleurs résultats en termes de pureté et de rendement, compte tenu également de la procédure de préparation simple et directe qu’il permettait. La méthode a permis de produire le composé désiré en lots de plusieurs centaines de grammes avec un rendement global de 85 à 95% (Schéma 7).

 schéma 7

Grellepois a décrit le développement d’une synthèse courte efficace et générale d’acides β-(trifluorométhyl) β-aminés énantiopures contenant un centre stéréogène quaternaire en position β. On rapporte l’utilisation du réactif de Reformatsky dans la synthèse (à grande échelle) de divers esters Β-amino énantiopures N-tert-butanesulfinyl trifluorométhyl à partir d’analogues stables au banc de trifluorométhyl N-tert-butanesulfinyl cétoimines aliphatiques et aromatiques trifluorométhyl. Les études d’optimisation ont montré que le 2-MéTHF était le meilleur solvant tandis que la diminution de la température à 0 ° C joue un effet bénéfique sur la diastéréosélectivité et le rendement (Schéma 8).

 schéma 8

Le groupe de Schmalz a développé de nouveaux ligands chiraux phosphine-phosphite dérivés de Tartrol (L1) pour effectuer des réactions d’addition 1,4 catalysées par Cu énantiosélectives de réactifs de Grignard à la cyclohexénone dans le 2-MéTHF avec des sélectivités énantio- et régio-élevées (Schéma 9). Dans le meilleur des cas, le produit d’addition 1,4 a été obtenu dans 84% ee et 85:15 régiosélectivité, en utilisant l’EtMgBr comme réactif dans des conditions de réaction standard (4% en moles de CuBr-SMe2, 6% en moles de L1, 2-MéTHF, -78 °C et addition lente du réactif de Grignard).

 schéma 9

Pace et ses collègues ont développé un protocole hautement chimiosélectif pour transformer les cyanates iso (thio) en amides (thio) correspondants; en particulier, le traitement des isocyanates avec le réactif de Schwartz généré in situ permet un accès fluide aux formamides (Schéma 10). La sélection du 2-MéTHF et de cette source d’hydrure se sont avérées déterminantes pour l’obtention d’un haut contrôle chimiocontrôle sur les isocyanates multifonctionnels.

 schéma 10

Nardi et ses collègues ont rapporté une version chimiosélective de la réduction classique de Luche des composés carbonylés α, β-insaturés en présence d’une quantité sous-stoïchiométrique de borohydrure de sodium dans des conditions catalytiques de triflate d’erbium dans le 2-MéTHF. Dans les conditions optimales, les alcools allyliques souhaités sont obtenus dans des sélectivités allant jusqu’à 96:4 (Schéma 11).

 schéma 11

Le groupe de Maudit a développé une nouvelle famille de ligands phosphine (DIPPAM) (L2), qui a favorisé une addition 1,4 catalysée par Cu très efficace de dialkylzinc aux énones cycliques et acycliques. La méthodologie pourrait être adaptée de manière adéquate à l’addition analogue de dialkylzinc conjugué au 1,6 à des diénones cycliques en utilisant le 2-MéTHF comme solvant à 0 °C (Schéma 12).

 schéma 12

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.