Définition MX

juzgar Le jugement est l’acte par lequel une évaluation des faits et des circonstances est faite afin de prendre une décision concernant quelque chose. Le terme est utilisé en particulier en droit, lorsqu’une ou plusieurs personnes particulièrement disposées à le faire évaluent une série de faits à l’égard d’une personne, qu’elle soit individuelle ou juridique, et parviennent à une conclusion qui aboutira à un jugement qui doit être exécuté. La notion de jugement s’applique également au domaine de la raison, où un jugement est une évaluation des circonstances, une compréhension déterminée de la réalité qui aura ses conséquences sur le comportement.

Dans le cas de la procédure judiciaire, l’acte de jugement doit respecter une série de directives parfaitement établies à l’avance. Ainsi, tout type de comportement n’est pas admis dans cette situation, ce qui dans de nombreux cas pourrait avoir des conséquences indésirables. Les différentes parties d’un procès sont régies par le droit dit procédural, qui garantit que ce dernier est également conforme au droit de la justice. Dans les affaires pénales, par exemple, les personnes accusées d’infractions doivent avoir un avocat capable de connaître les détails de la loi, ainsi qu’une personne qui se consacre à prouver que la loi a été violée à certaines occasions. Dans le premier cas, il est fait référence à l’avocat de la défense, tandis que dans le second, au procureur. Tant que le procureur s’engage à présenter les preuves indiquant comment et quand les crimes ont été commis, ainsi qu’à présenter une théorie relatant les faits, l’avocat de la défense se consacrera à essayer d’envahir les preuves de différentes manières. Au cours de ce processus, l’accusé continue de jouir de la considération d’innocence, qui ne sera modifiée que lorsque le juge rendra un jugement négatif.

Il est intéressant de noter comment ce type de procédure décrit s’applique non seulement aux contextes laïques, mais aussi dans le contexte de l’Église catholique. En fait, dans le cas de l’élévation des saints, le même processus est élaboré, dans lequel une partie est chargée de présenter des éléments prouvant qu’une personne a vécu dans la sainteté, tandis qu’une autre est chargée de renverser ces preuves (l’avocat du diable). Dans ce cas, bien que le processus comporte les mêmes parties, il ne s’agit pas de prouver la violation de la loi par une personne, mais de savoir si elle a eu une vie exemplaire qui doit être digne d’être imitée par le reste des fidèles.

Définition Suivante >>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.