Colchuck Lake

La première fois que vous tournez au coin de la rue et sortez des arbres du lac Colchuck est une expérience religieuse. Soudain, sous vos pieds se trouvent les eaux glacées du lac – bleu profond à l’ombre, aigue-marine brillante au soleil – tandis que, au-dessus de vous, à l’extrémité du lac, les flèches jumelles des pics Dragontail et Colchuck semblent envahir le ciel même.
Et tout cela est à portée de main relativement facile. Alors que la montée finale vers le lac est raide et rugueuse par endroits, le gain d’altitude global de Colchuck de 2 300 pieds rend son paysage spectaculaire accessible aux randonneurs de presque toutes les capacités. En été, les voitures remplissent non seulement le parking du début du sentier, mais aussi la route qui y mène. Comme si le lac Colchuck ne suffisait pas à lui seul, c’est l’une des deux portes d’entrée vers les Enchantements, et le début du sentier accède également au lac Stuart, une destination plus facile et tout aussi impressionnante.
Commencez par le sentier du lac Stuart #1599. Le premier kilomètre et demi monte très progressivement dans la forêt, d’abord dense et sombre, puis plus mince et plus clair, à portée de voix et parfois à vue de Mountaineer Creek. Des pauses occasionnelles dans les arbres offrent un aperçu des parois escarpées de la vallée.
À la fin de ce premier kilomètre et demi, le sentier traverse la rive droite du ruisseau Mountaineer sur un pont en rondins robuste. Par temps chaud, debout au milieu du pont, les randonneurs peuvent attraper un soulagement bienvenu de la brise venant des eaux vives de la crique. Après le pont, la route devient plus raide et plus rocheuse, un petit avant-goût de ce qui va se passer au cours de la seconde moitié de la randonnée.
Trois quarts de mile plus tard, le sentier s’aplatit et tombe un peu avant d’atteindre un carrefour du sentier. Tout droit, le chemin menant au lac Stuart se déroule, tandis que le sentier du lac Colchuck #1599.1 se détache à gauche. Suivez le sentier à gauche et après un court tronçon dans les arbres, arrivez à un autre pont en rondins qui vous emmène à travers une section étroite et turbulente du ruisseau Mountaineer. Le sentier est un peu fouillis lorsque vous sautez des rochers dans une grande pente de talus le long de la rive du ruisseau. Un peu plus tard, vous êtes à nouveau près de la crique, mais ici ses eaux deviennent soudainement lisses et vitreuses; un bel endroit pour une pause méditative avant de recommencer à monter.
Au début, le sentier recule doucement, mais plus il se rapproche du lac, plus il devient raide et rocheux. À plusieurs endroits le long du chemin, des vues s’ouvrent, d’abord sur la vallée dont vous venez de sortir, puis sur la crête dentelée du pic Dragontail. Après un dernier tronçon raide, le sentier fait un jogging à droite, tombe dans un petit creux et soudain, vous voilà à l’une des plus belles vues sur le lac des Cascades.
Le sentier semble se terminer sur une large face granitique surplombant le lac. C’est un endroit idéal pour déjeuner et admirer le paysage. Immédiatement de l’autre côté du lac se trouve l’imposant massif du pic Dragontail. À gauche de Dragontail se trouve le col d’Aasgard, la montée qui sert de « raccourci » incroyablement raide vers les Enchantements. À droite se trouvent les vestiges du glacier Colchuck et les pentes du Colchuck Peak, son véritable sommet caché derrière des tours rocheuses.
Le sentier continue le long du bord du lac sur deux tiers de mille, parfois rugueux et un peu difficile à suivre. L’un des carrefours de route les moins évidents se trouve dans un grand tarn – c’est une erreur courante de suivre la terre bien foulée à droite, mais le sentier se déroule en fait sur des pentes rocheuses à gauche. Après une série de virages et de hauts et de bas dans les arbres, le sentier atteint un champ rocheux au fond de la moraine terminale du glacier Colchuck. Ici, les sapins subalpins cèdent la place aux mélèzes, et le sentier formel cède la place à un itinéraire de saut de roche qui finit par remonter le col d’Aasgard.
Astuce de pro de la WTA: Il y a des campings tout le long du bord du lac, mais sachez que le camping ici est géré sous le même régime strict que la Zone d’Enchantement centrale — les nuitées ne sont autorisées que du 15 mai au 31 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.