1989 Cubs Héros historiques et Chèvres: Partie 3

Ça ne va pas beaucoup mieux qu’une semaine 4-0. C’est ce que nous avions pour vous dans notre dernier opus de Héros historiques et Chèvres. Les Cubs de 1989 ont joué quatre matchs et les ont tous remportés au cours de la deuxième semaine de la saison. Mitch Williams a réalisé ce qui est, j’imagine, un exploit rare en sauvant chaque match joué par une équipe en une seule semaine. Certes, un certain nombre de releveurs ont accompli quatre matchs ou plus en une seule semaine civile, mais les avoir tous joués? C’est inhabituel.

Ces quatre victoires ajoutées aux quatre victoires et deux défaites de la première semaine ont donné aux Cubs huit victoires à leurs 10 premiers matchs. Cela leur a également donné une avance de deux matchs dans la division. Pour une équipe qui avait été sous.500 un an plus tôt et a terminé plus de 20 matchs hors du rythme dans leur division, c’était un début génial.

La troisième semaine a vu les Cubs jouer sept matchs, tous sur la route. Les choses commenceront avec trois matchs à Montréal, puis se poursuivront avec quatre matchs à New York. Seraient-ils capables de tirer parti de leur démarrage à chaud? Marcheraient-ils sur l’eau ? Ou reviendraient-ils s’écraser sur Terre ?

Nous allons conclure les choses aujourd’hui avec un regard sur Pat Perry. Si vous êtes comme moi, il était l’un des noms qui avaient échappé à votre banque de mémoire. Al, étant l’historien qu’il est, m’a rapidement rappelé qui il était et comment il est arrivé ici. Mais je vais garder ça pour la fin et faire une plongée plus profonde pour vous présenter ou vous rappeler à tous le petit qu’était Pat Perry.

Match 11, 17 avril : Expos 2, Cubs 1 (8-3)

Nous avons parlé au cours des deux premières parties de cette série que Greg Maddux n’avait pas connu un très bon début de saison 1989. Mais celui-ci n’était pas mauvais du tout. Le match était sans but jusqu’à la fin de la sixième manche. Malheureusement, cette sixième manche a vu Greg accorder un simple d’un point, puis le « Gros chat » Andres Galarraga s’est approché de la plaque et en a pris un de profondeur. Les Cubs enchaînaient trois simples ensemble en septième, en récupérant un, mais Tim Burke a claqué la porte des Expos, envoyant les Cubs à la défaite et claquant une séquence de six victoires.

  • Super-héros: Mitch Webster (.078). 2-5, RBI, K
  • Héros : Steve Wilson (.048). 1 ERCIP, 0H, 0BB, 0R, 1K
  • Mention honorable: Jean-Baptiste (.026) 1-2, K
  • Acolyte : Curtis Wilkerson (.025). (C’est une première pour H & G. Il a couru et avancé sur une balle passée)
  • Billy Goat: Ryne Sandber (-.161). 1-4,2K
  • Chèvre: Mark Grace (-.104). 1-4, K
  • Enfant: Andre Dawson (-.099). 0-3, BB

Match 11, 18 avril : Expos 11, Cubs 2 (8-4)

Celui-ci n’était pas proche. Paul Kilgus a obtenu le départ pour les Cubs et après deux très bons pour commencer la saison, celui-ci a été un cauchemar. Paul a affronté sept frappeurs et six d’entre eux ont marqué. Il a accordé cinq coups sûrs et un but sur balles. L’enclos des releveurs en a profité au maximum, avec trois releveurs qui ont cumulé 7 manches de travail et accordé neuf coups sûrs, quatre buts sur balles et cinq points. C’était l’un de ces jeux qui vous a donné envie de tourner la page le plus vite possible.

  • Super-héros: Mitch Webster (.056). 2-3, 2B, BB, 2RBI, K
  • Héros : Pat Perry (.016). 3⅔IP, 2H, 1BB, 0R, 1K
  • Mention honorable: Pat Perry (.009). 1-1, R
  • Acolyte : Shawon Dunston (.000). 1-4, SB, DP
  • Billy Goat : Paul Kilgus (-.383). ⅓IP, 5H, 1BB, 6R, 0K (L, 1-2)
  • Chèvre : Gary Varsho (-.044). 0-4
  • Enfant: Mark Grace (-.042). 1-4, 2B

Match 13, 19 avril : Expos 3, Cubs 2 (8-5)

Les Cubs ont réussi leur première avance dans la série. Cela est venu par le biais d’un circuit de Ryne Sandberg sur Dennis Martinez en quatrième manche pour le premier point du match. Malheureusement, les Expos ont répondu avec trois points en fin de manche sur des circuits consécutifs de Tom Foley (avec un homme) et Nelson Santovenia. Les Cubs ont mis sur pied trois simples en sixième contre Martinez pour en tirer un, mais c’était aussi proche qu’ils l’ont fait. Tim Burke a de nouveau fermé la porte en neuvième manche. Les Oursons ont été emportés à Montréal.

  • Super-héros: Mark Grace (.163). 2-3, BB, SB
  • Héros : Curtis Wilkerson (.109). 1-1
  • Acolyte : Calvin Schiraldi (.062). 2IP, 0H, 2BB, 0R, 3K
  • Billy Goat : Joe Girardi (-.246). 0-4, K
  • Chèvre : Jerome Walton (-.186). 1-5, 2B, K
  • Enfant: Scott Sanderson (-.152). 6P, 4H, 2BB, 3R, 5K (L 1-1)

Match 14, 20 avril: Mets 4, Cubs 3 (8-6)

C’était le premier qui a vraiment piqué pendant le voyage. Trois défaites, ce n’est jamais grand et deux d’entre elles étaient proches. Mais dans celui-ci, Andre Dawson a réussi un double de deux points en première manche aux dépens de Dwight Gooden. Il a ajouté un simple en troisième manche et les Cubs étaient en avance 3-0. Le partant des Cubs Mike Bielecki a été marqué pour deux points en cinquième manche, aidé par une erreur de Vance Law, mais les Cubs ont continué de mener.

Les Cubs sont allés à Mitch Williams avec un coureur au premier but et un retrait en septième manche. Il a ensuite marché sur Lenny Dykstra, puis a permis à un simple de Greg Jeffries d’égaliser le score. Avec des coureurs aux premier et troisième rangs, Mitch a obtenu un but sur balles sur le bâton de Mookie Wilson, mais les Cubs ont été incapables de compléter le double jeu et les Mets ont pris les devants. Ils ont tenu bon avec leur plus proche Roger McDowell retirant les six frappeurs auxquels il a fait face.

  • Super-héros: Andre Dawson (.137). 2-4, 2B, 3RBI
  • Héros : Mike Bielecki (.102). 6IP, 4H, 2BB, 2R (1ER), 4K
  • Acolyte : Mitch Webster (.053). 1-3, 2B, BB, 2R, SB
  • Billy Goat : Mitch WIlliams (-.411). 1IPIP, 2H, 2BB, 1R, 0K (L 0-1)
  • Chèvre : Loi de Vance (-.119). 0-4, K
  • Enfant: Jérôme Walton (-.082). 0-4, K

Match 15, 21 avril: Cubs 8 aux Mets 4 (9-6)

Les Cubs ont combiné un double, trois simples, un ballon sacrifice et deux buts volés en trois points en première manche. Howard Johnson a marqué pour les Mets en deuxième manche. Ensuite, les Cubs ont combiné trois simples, un double, une base volée, un circuit et un ballon sacrifice en trois autres points, tous attribués au partant des Mets Bob Ojeda qui n’a pas survécu à la manche. Sutcliffe a permis un par de points en septième et un circuit de Mookie Wilson avant de partir avec un point en huitième, mais la performance a été suffisante pour enclencher une série de quatre défaites et pour qu’il passe à 4-0 sur la saison.

  • Super-héros: Mitch Webster (.122). 3-5, 2R, RBI, K
  • Héros: Mark Grace (.084). 1-3, BB, R, RBI, SB
  • Acolyte : Jerome Walton (-.065). 2-4, 2 2B, HBP, 2R, K
  • Billy Goat : Loi de Vance (-.016). 0-3, RBI, K
  • Chèvre : Gary Varsho (-.001). 0-1, K
  • Enfant : Shawon Dunston (.013). 1-1, 2B, R

Match 16, 22 avril : Mets 3, Cubs 1 (9-7)

Greg Maddux a commencé celui-ci. Il a obtenu un point au sol en troisième qui a donné une avance de 1-0 aux Cubs. Mais en fin de manche, il a retiré le frappeur de départ et un double de Lenny Dykstra a créé l’égalité. Après un deuxième retrait, un simple de Kevin McReynolds a donné les devants 2-1 aux Expos. Un circuit de Keith Hernandez en sixième manche a couronné la marque et Roger McDowell a enregistré les trois derniers retraits pour son deuxième sauvetage de la série.

  • Super-héros: Pat Perry (.078). 1 ERCIP, 0H, 2BB, 0R, 3K
  • Héros: Rick Wrona (.074). 1-3
  • Acolyte : Mark Grace (.031). 1-4, K
  • Billy Goat : Greg Maddux (-.197). 5 IP IP, 6H, 3BB, 3R, 1K (L 0-3)
  • Chèvre : Andre Dawson (-.170). 0-4
  • Enfant : Curtis Wilkerson (-.076). 1-4, 2B, 2K

Match 17, 23 avril : Mets 4, Cubs 2 (9-8)

C’était la deuxième perte vraiment frustrante du voyage. Ça fait toujours mal quand on laisse une piste s’échapper. Les Oursons ont également gâché plusieurs occasions. Ils ont eu les bases chargées sans retraits en deuxième et sont arrivés vides, ont marqué un point, mais les ont laissés chargés à nouveau en troisième et ont mené 2-0 en fin de septième. L’avance de 2-0 est venue d’un circuit d’Andre Dawson en septième.

Paul Kilgus a bien rebondi après son départ difficile en début de semaine et a maintenu les Mets sans but jusqu’au sixième rang. Malheureusement, il est reparti pour le septième. Il a permis des simples dos à dos pour Keith Hernandez et Howard Johnson avant de partir. Calvin Schiraldi l’a suivi et a accordé un simple de deux points à Mookie Wilson pour le premier point des Mets. Schiraldi est revenu pour la huitième et a accordé un but sur balles à Tim Teufel et Kevin McReynolds a suivi avec un circuit de deux points. Mitch Williams est entré et deux retraits plus tard ont permis un circuit en solo à Gary Carter et c’était à peu près tout. Le futur petit Rick Aguilera a lancé un neuvième but sans but pour le sauvetage.

  • Super-héros : Paul Kilgus (.187). 6IP, 6H, 0BB, 1R, 4K
  • Héros: Andre Dawson (.155). 2-3, HR, BB, R, RBI
  • Acolyte : Mark Grace (.142). 1-3, 2B, BB, RBI
  • Billy Goat : Calvin Schiraldi (-.480). 1IP, 2H, 2BB, 2R, 1K (L 1-1)

* 8e pire score de jeu WPA de l’année

  • Goat: Ryne Sandberg (-.149). 0-5, K
  • Enfant : Joe Girardi (-.126). 0-4, K

Certes, une semaine de six défaites n’était pas le moyen idéal de suivre un départ de 8-2. Les Cubs ont essentiellement rendu la grande majorité de leur série de six victoires au cours de cette semaine. Ils ont commencé le voyage avec deux victoires à la fin de la semaine précédente, donc le filet était un voyage de 3-6, ce qui le rendait un peu moins mauvais. Un peu remarquablement, les Oursons ne sont jamais tombés de la première place au cours de la semaine. Ils ont terminé chacun des cinq derniers jours de la semaine à égalité au premier rang après avoir perdu un match chacun des deux premiers jours.

L’égalité était avec les Phillies qui finiraient en fait à une lointaine sixième place et perdaient 95 matchs. Mais ils ont pris un départ assez décent pour être à la première place aussi tard que le 25 avril. Après cette date, ils ne dépasseraient jamais la cinquième place et une fois qu’ils ont atteint la sixième place le 25 mai, les Phillies n’ont jamais quitté la sixième place le reste de l’année.

Joueur des Héros historiques et des Chèvres de la semaine: Pat Perry

En ce qui concerne Mitch Webster, cela semblait être le bon moment pour regarder Pat Perry. Il a donné aux Cubs 5 innings manches de soulagement sans but cette semaine-là et a même eu un simple et a marqué un point. Perry est l’un des nombreux exemples de la contribution des Cubs à l’alignement en 1989. Il n’a pas contribué à une victoire dans l’un ou l’autre match, mais il a donné un peu de longueur au stylo sans laisser de dégâts. Le hit était son seul hit de l’année et l’un des deux en tant qu’ourson et quatre dans sa carrière. Cet autre coup en tant qu’ourson? Un homer en solo en 1988.

Alors qui était Pat Perry ? Pat a été repêché par les Astros au deuxième tour en 1978. Il était allé à la Taylorville High School près de Springfield et a été repêché du Lincoln Land Community College. Le gaucher n’atteint les ligues majeures qu’en septembre 1985. Il a participé à six matchs cette année-là, puis à 46 autres l’année suivante avec les Cardinals. Au cours de la saison 1987, il a lancé dans 45 autres matchs pour les Cardinals et 12 pour les Reds après un échange en août. Il lance à nouveau en 1988 pour les Reds jusqu’à ce qu’il soit échangé par les Reds en mai aux Cubs en échange de Leon Durham, ouvrant la voie à Mark Grace pour prendre la première base.

Perry a lancé dans 182 parties et 263 manches au cours de six saisons dans les ligues majeures. Tout son travail était en relief. Il a porté une moyenne de 3,46 au cours de sa carrière, mais le meilleur de ce travail a été avec les Cubs. En tant qu’ourson, il a eu une moyenne de 2,57 sur 54 matchs et 73 innings manches de travail. En 1989, Pat a une moyenne de 1,77 en 19 matchs couvrant 35 innings de manches. Il était extrêmement efficace en tant qu’ourson. Après les Cubs, il signe avec les Dodgers à l’âge de 31 ans et fait sept apparitions avec une moyenne de 8,10 et ne lance plus jamais dans les majeures, sa carrière étant écourtée par une chirurgie de la coiffe des rotateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.